Le stress post-traumatique

STRESS POST-TRAUMATIQUE

 

 

 

Le stress-post-traumatique découle de l’exposition à un évènement traumatique qui provoque chez l’individu de la peur, de la détresse ou de l’horreur. Ce trouble se manifeste par une ré-expérience persistante de l’évènement traumatique, un émoussement de la réactivité générale et un état d’hyperactivité neurovégétative


 

La personne a été exposée à un évènement traumatique au cours duquel les deux critères suivants étaient présents :

 

1 - la personne a été exposée, témoin ou confrontée à un ou des évènements qui ont impliqué la mort ou la menace de mort, ou de blessures graves ou une menace dans son intégrité physique ou celle d’autrui.

2 - la réaction de la personne impliquait une peur intense, de la détresse ou de l’horreur.

 


Les symptomes:

 

Le syndrome de répétition


Dans les suites parfois lointaines d’un traumatisme initial après une phase latence de plusieurs semaines, plusieurs mois ou plusieurs années, le sujet va éprouver la reviviscence de l’expérience douloureuse à travers des rêves nocturnes ou des flash-back éveillés.

Le sommeil est perturbé, les insomnies fréquentes associées à des cauchemars.

Dans la journée le souvenir de l’évènement traumatisant peut s’imposer dans la crainte d’une récidive et souvent il y a une rumination mentale.


L’hypervigilance


La personne demeure en état d’alerte permanent, à l’affût, éprouvant une hyper vigilance constante et éprouvante. Celle-ci va entraîner des réactions disproportionnées face aux évènements de la vie quotidienne.


  • difficultés de s’endormir ou sommeil interrompu
  • irritabilité ou accès de colère
  • difficultés de concentration


L’évitement


Les situations apparentées au traumatisme initial ou favorisant sa remémoration sont évitées scrupuleusement (pensées, conversations, activités, personnes, lieux), de façon de plus en plus généralisée. Cet évitement va progressivement s’étendre, le sujet diminuant son intérêt pour de nombreuses activités, éprouvant un sentiment de détachement d’étrangeté, d’émoussement vis-à-vis des autres. Ces symptômes vont conduire à un repli sur soi morbide, angoissant, menant à une dépendance vis-à-vis de l’entourage médical, familial et social, associés à des revendications de réparation ou de réhabilitation.

Dans certains cas, il peut exister à l’inverse un attrait compulsif pour tout ce qui le rappelle (lecture, films) ou pour des situations mettant en cause la sécurité de la personne (comportements à risque).


Troubles émotionnels


Des symptômes dépressifs sont également très fréquents: tristesse, culpabilité, découragement ainsi que divers déficits cognitifs touchant l’attention et la mémoire.


Symptômes associés


  • Des manifestations anxieuses, phobiques ou obsessionnelles.
  • Des manifestations caractérielles.
  • Des troubles dissociatifs comme des états lacunaires ou amnésies post-traumatiques.
  • Des troubles psychosomatiques peuvent accompagner le syndrome de répétition traumatique.
  • L’abus d’alcool ou de substances psycho-actives.

 


La prévention:


Dans les suites immédiates d’un évènement traumatisant, pendant la période de latence ou même de façon prévisionnelle chez des sujets particulièrement exposés, une aide psychothérapeutique permettant la verbalisation et la neutralisation des risques ou des traumatismes peut éviter l’apparition de complications psychologiques.


L’anticipation, l’identification et le contrôle des émotions permettent ainsi de mieux gérer les situations à risques en limitant leurs impacts à long terme. 


Enfin, la thérapie E.M.D.R a prouvé son efficacité dans le soin des traumatismes, et du  stress-post traumatique qui peut en découler (voir page consacrée à cette thérapie).

 

 

 

 

LAURENCE BEAUCHESNE - PSYCHOLOGUE CLINICIENNE - MARSEILLE 04 91 94 17 39